highlights
upcoming
Montreux Jazz Festival
30.06-16.07.2017
Montreux
Openair Frauenfeld
06.07-08.07.2017
Effretikon
Eurockéennes
06.07-09.07.2017
Belfort
Sierre Blues Festival
06.07-08.07.2017
Sierre
Gurten Festival
12.07-15.07.2017
Gurten / Wabern (Bern)
Magazine News
latest magazine
news pic
0000-00-00 00:00:00
Nick Cave en concert


Évènement rare : Nick Cave & The Bad Seeds annoncent une tournée européenne cet automne.
Après l’Australie et les USA, la formation australienne se réjouit de prolonger les hostilités sur le continent Européen et dans des villes peu, voire jamais traversées par le groupe. Depuis 2004 et un concert à la Salle Metropole de Lausanne, Nick Cave & The Bad Seeds ne se sont produits qu’à une reprise en Suisse romande, en 2013, sur la Grande Scène du Paléo Festival.

« Skeleton Tree », sixième album studio de Nick Cave & The Bad Seeds sorti en septembre 2016, accompagne la sortie d’un film documentaire relatant le making-off de son enregistrement (One More Time With Feeling). Chaque nouveau disque et chaque nouvelle tournée du groupe sont habituellement salués par le public et la critique. Le dernier album ne déroge pas à la règle : son succès est retentissant. « Skeleton Tree » est entré en première position des charts dans 8 pays et dans le Top 5 dans 11 autres (2ème au Royaume-Uni, 27ème aux États-Unis, une première dans le parcours du groupe). Avec plus de 5 millions d’album vendus dans son histoire, Nick Cave & The Bad Seeds ont influencé en plus de 30 ans des générations entières d’amateurs de blues et de rock.
Le groupe se produira le 13 novembre à l'Arena de Genève.

news pic
0000-00-00 00:00:00
Gorillaz Festival


Tenez-vous prêt, Gorillaz revient en live. Plutôt que de booker une tournée dans des festivals reconnus et des salles de concert du monde entier, le groupe virtuel de Jamie Hewlett et de Damon Albarn sera à l’affiche de son propre festival baptisé Demon Dayz, évidemment en référence à leur fameux album paru en 2005.
Seul Gorillaz est programmé pour l’instant mais d’autres groupes, sélectionnés par Albarn et Hewlette eux-même, sont attendus. L’évènement, qui a déjà sa page Facebook, aura lieu le 10 juin 2017 à Margate en Angleterre, dans le parc d’attractions Dreamland. Selon Pitchfork, le festivaliers auront même accès aux attractions gratuitement.

news pic
0000-00-00 00:00:00
Depeche Mode


Le groupe anglais a annoncé, lors d'une conférence de presse à Milan, la sortie de son quatorzième album, baptisé Spirit. Une tournée internationale est prévue à partir du 5 mai à travers 20 pays d'Europe.
Voilà trente-six ans que Depeche Mode enflamme les scènes du monde entier. Le groupe britannique, composé de Andrew Fletcher, Dave Gahan et Martin Gore, n'est pas près de prendre sa retraite.

C’est à Rugby, loin de Versailles, que naît le jeune homme. Il pleut. Papa est un Rolling Stone… pas un membre du groupe, mais plutôt le même genre de type que dans la chanson des Temptations. Quant à son boulot, laveur de fourgonnettes, il n’est pas ce qu’on appelle généralement « passionnant ». Donc James a le blues. Mais heureusement, depuis l’âge de treize ans, il a une guitare, que son oncle lui a offerte. Alors il joue : chez lui, dans la rue, dans les bars… Et, peu à peu, il se détache des chanteurs qu’il a toujours écoutés : Otis Redding, Marvin Gaye, Stevie Wonder… Il finit par enregistrer une maquette qui arrive entre les mains de Spencer Wells, ancien directeur artistique qui, conquis par sa voix, parvient à le faire signer chez Polydor. Et, sous la houlette de Martin Terefe (ancien collaborateur de Ron Sexmith, KT Tunstall et Ed Harcourt) il parvient à enregistrer un premier album, Undiscovered, paru en 2006.

En écoutant ses différentes plages, on comprend tout de suite la réaction d’un Spencer Wells : James Morrison a une façon de chanter qui tranche avec la plupart de ses contemporains : quelque chose de Ron Sexmith, justement, un zeste de Jude, et surtout un grain de voix tout droit sorti des années 60 et 70. La production, quant à elle, évite les pièges du passéisme, et s’inscrit dans le son contemporain : ce qui, reconnaissons-le, ne veut pas dire grand chose. On y trouve donc de la brit-pop, du RNB (sur le très actuel « One Last Chance ») et une dose inhabituelle de blues. On n’échappe pas toujours au cours d’histoire, comme en témoigne « How Come », dont le refrain est à peu près identique à « (You Make Feel Like) A Natural Woman » de Goffin et King. Mais dans l’ensemble, on constate une maturité d’écriture, et un talent d’interprète plus que prometteurs. Les sceptiques s’en convaincront aisément en écoutant « You Give Me Something », l’excellent single.

James Morrison est un nom trop commun pour qu’on s’en souvienne facilement. Juste après lui, Paolo Nutini est apparu, puis James Blunt dans la même lignée et on croyait déjà l'avoir oublié. Mais on réentend sa voix sur "You make it real", le premier extrait de son nouvel album, sorti en septembre 2008... et c'est comme une vieille chanson que l'on avait oubliée. On reconnait le timbre de voix et l'univers musical qui nous avait marqué sans que l'on s'en rende compte... James Morrison est bel et bien entré dans le cercle fermé des artistes à l'univers inoubliable.

Intitulé Songs for you, Truths for me, ce deuxième opus illustre la nouvelle maturité du chanteur qui n'a alors encore que 22 ans quand il le compose. Si la valeur n'attend pas le nombre des années, James Morrison, lui n'a rien à prouver. "Je n'ai pas consciemment cherché à aller vers quelque chose de nouveau pour cet album. Les paroles me viennent, la musique, et le reste suit naturellement, comme pour le premier album". "Je n'ai rien prévu" avoue-t-il au sujet de sa musique. "C'est peut-etre cela qui a plu au public". Talent, quand tu nous tiens.
sitemap